MAO sous linux,

Je vais vous présenter ici un échantillon d'applications qui me servent fréquemment lorsque je travaille mes musiques. Je suis généralement sous Linux et tout de suite, aux yeux de pas mal de monde, il semble que je sois un OVNI déconnecté de la réalité tant l'offre logicielle est méconnue. Pour aller plus loin, je vous invite sur http://linuxmao.org/ qui regroupe de très nombreuses ressources permettant de s'initier à la MAO sous Linux, voire d'aller beaucoup plus loin avec l'aide des différents contributeurs. 

Dans cet article, je vais aborder différents types de logiciels, mais il sera complété ultérieurement par d'autres articles ciblés sur une application ou une famille d'application. Je n'aborderai pas les synthétiseurs logiciels dans cet article.

Edition de partitions

  • ABC est un langage de notation musicale, initialement conçu pour retranscrire de la musique traditionnelle de manière intelligible à la fois par un ordinateur et par un humain. Facile à écrire et à lire pour les instruments monophoniques éventuellement accompagnés d'une grille d'accords, il devient vite plus complexe pour les instruments polyphoniques comme le piano ou la guitare, mais encore plus pour les percussions et instruments rythmiques.
  • Lilypond est lui aussi un langage de programmation de partitions, mais beaucoup plus poussé que ABC et conçu pour générer des partitions visuellement de bonne qualité. Contrairement à ABC, la lecture des fichiers est plus ardue, mais l'écriture polyphonique en reste cependant moins désagréable. L'écriture de partitions de percussions reste toutefois plus complexe que dans des outils graphiques. A noter qu'il existe une extension pour LibreOffice permettant de saisir des partitions au format lilypond dans LibreOffice / OpenOffice (https://extensions.libreoffice.org/en/extensions/show/ooolilypond).
  • Musescore est vraisemblablement un des outils les plus populaires de la sélection, disponible sur de nombreuses plateformes dont Windows, Mac, Android, ... Il permet l'édition assez poussée de partitions et leur partage sur le réseau. Ceci vous permet de trouver des partitions d'œuvres du domaine public loin des coûts exorbitants de certains éditeurs. C'est probablement le plus ergonomique des éditeurs qui permet la saisie au clavier, à la souris ou sur un instrument MIDI. De nombreux plugins permettent d'ajouter des fonctionnalités étendues à l'application (ci-dessous, j'ai utilisé un plugin de coloration des notes sur le principe des méthodes pour enfants.


Boite à rythme

  • Hydrogen est une boite à rythme très simple d'utilisation mais pourtant aux fonctionnalités très appréciables. De nombreux kits de batterie disponibles et de bonne qualité, et possibilité d'ajouter ses kits personnels, édition song et pattern, mixage du kit, compression par instrument, multilayer en mode round robin, ajout d'effets, humanisation (randomisation paramétrable en termes de vélocité et de timing + swing) et synchro Jack. Pour ceux qui veulent faire un mixage un peu poussé derrière, il es possible de faire un export avec un fichier par instrument pour import dans une DAW.

 

Enregistrement audio

  • Audacity : probablement un des plus célèbres par son portage sur les plateformes Windows et Mac, voici un outil assez facile à utiliser pour enregistrer plusieurs pistes audio, faire du montage et de l'édition simple. Il accepte différentes familles de plugins (en particulier LADSPA), mais leur application vient immédiatement remplacer l'audio d'origine et il n'est pas simple de revenir en arrière sur les réglages pour les modifier ou pour chainer une reverb et un compresseur...


DAW

  • LMMS : il s'agit d'une DAW plus orientée séquenceur, loops et samples que celles que je présente un peu plus loin dans cet article qui ont une approche plus basée sur de l'enregistrement. LMMS s'interconnecte avec Jack et sait gérer les plugins VST, LADSPA et LV2. On trouve une boite à rythme pas à pas très personnalisable. Je l'utilise principalement pour la conversion de fichiers MIDI en audio pour profiter de l'export en masse piste à piste.
     




  • Ardour : probablement la meilleur DAW open source, assez complète et extensible à l'aide de plugins VST ou LADSPA (ou LV2). Disponible sous Linux, Windows et Mac. C'est mon outil principal pour mixer.



  • Mixbus : construit sur la base d'Ardour, la solution ajoute des plugins propriétaires et des fonctionnalités propres aux consoles analogiques harrisson qui sont émulées. L'interface est mieux finie que celle d'Ardour, mais le tout a un prix, tout ce qu'il y a de plus abordable vu la qualité du logiciel.





  • Reaper : une DAW très configurable et extensible dont l'intégration dans le monde linux reste toutefois limitée puisqu'elle ne supporte pas nativement les plugins LADSPA. Son interface graphique est très soignée (d'autant plus avec certains thèmes que l'on peut ajouter) et la gestion des groupes est très agréable. Utilisable aussi sur Windows ou Mac, son prix reste lui aussi très raisonnable.


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire