Placer ses micros : rien ne vaut l'expérimentation

 Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler de cet élément si essentiel à tout enregistrement qu'il est bien souvent négligé par les débutants voire même par certains amateurs plus avertis qui s'enferment dans leurs habitudes : le microphone, et surtout son positionnement. Je ne revendique aucune expertise absolue dans le domaine (ni dans les micros, ni leur positionnement), mais je tiens à partager mon expérience du sujet.

Lorsque j'ai commencé à réaliser des prises de son, ma seule réflexion était de positionner le micro face à l'instrument que je souhaitais capter, le plus en face possible en général, quel que soit le micro, et si possible pas trop loin de la source pour éviter de trop capter les sons d'ambiance. En commençant avec des SM58 ou équivalent, dans des contextes live, ce n'était pas si mal, du moins c'était mon impression. C'est en regardant diverses vidéos et cours en ligne que j'ai découvert mon erreur, grossière.

Chaque instrument a des caractéristiques propres en termes d'émission de son, et chaque micro a une manière propre de le capter pour le retranscrire. Ce sont ces spécificités qui apportent tous les détails au son. Ainsi, une prise avec un micro rendra différemment d'un autre micro placé au même endroit. 

Un peu de contexte et réflexion "sur le papier"

Pour entrer un peu plus dans le concret, en prenant deux micros dynamiques d'entrée de gamme (choix volontaire pour l'exemple, avec deux micros dont les caractéristiques assez différentes) pour capter une guitare acoustique (choix de l'instrument par rapport aux nombreux tutos de prise de son de guitare que l'on trouve qui recèlent tous la vérité en indiquant de positionner le micro au niveau de tel ou tel élément de la guitare), on obtient des résultats très différents en les plaçant au même en droit, mais on pourrait finir par obtenir des résultats très proches en trouvant l'endroit qui va fonctionner pour chacun, et on va regarder pourquoi : 

Les micros utilisés pour cet exemple : 

 L'AKG qui n'a que très peu d'effet de proximité par rapport au beyerdynamic voit son son grimper plus dans les aigus au demà de 4kHz. Ces différences de réponse aux fréquences influencent beaucoup le son capté. 

Pour capter un son chaud sur la guitare, on peut du coup penser de prime abord, en regardant ces courbes, à utiliser le beyerdynamic placé assez proche de la guitare et essayer de profiter de cet effet de proximité et oublier le P5S.

Et si on passait à une application concrète ?

En expérimentant un petit peu sur le positionnement, on se rend compte finalement que le positionnement du micro va faire varier le son de manière tout aussi significative en fonction de son orientation par rapport à la rosace, au chevalet ou au manche. Son emplacement plus sur le haut ou le bas des cordes influence aussi grandement le rendu, en ajoutant de la puissance aux cordes les plus proches. On se rend aussi compte que selon la proximité, outre l'impact sur les fréquences graves, on va aussi capter plus ou moins de détails sur le jeu du guitariste (frottement sur les cordes, bruit du médiator, ...).

Puisque chaque instrument a son propre son, chaque guitariste ses propres habitudes de jeu, que chaque micro a sa propre courbe de réponse en fréquences en fonction de la distance et de l'orientation, et que chaque position apporte sa propre couleur, pour trouver le son qui vous convient le mieux, il sera nécessaire d'expérimenter différents micros à différentes positions, et de recommencer à chaque fois que vous voudrez un nouveau son ou que vous travaillerez avec un nouvel instrument/guitariste. Avec l'expérience, vous allez vite apprendre les intérêts/inconvénients de chacun de vos micros et l'impact des changements de positionnement sur le son. Vous serez alors en mesure de vous l'approprier et de le sculpter à votre guise.

N'hésitez pas à sortir des sentiers battus et à tester avec des micros de différents types, avec différentes polarités (omni, cardio, super-cardio, huit, ...) les résultats sont parfois surprenants et c'est comme ça que vous allez construire votre propre son, pas celui du voisin qui vous avait dit d'acheter le micro X avec les accessoires Y, même si vous l'avez écouté. 

L'importance du matériel

Parfois, un "meilleur" micro peut vous gâcher la vie car trop sensible aux bruits ambiants, trop précis et trop exigent en termes de placement car chaque variation sera ressentie. Du coup, aller chercher un micro haut de gamme pour une prise dans un home studio pas traité acoustiquement alors que vous faîtes à la fois l'ingé son et le guitariste, avec un PC qui tourne dans la pièce n'est pas forcément la meilleure idée pour un enregistrement précis et propre.

Il faut garder en tête que le niveau de qualité d'une chaine audio ne peut être supérieur au niveau de qualité de son élément le plus faible. Il faut donc savoir choisir du matériel (micro, préamp, convertisseur, ...) qui ne soient pas le maillon faible de la chaine audio, et chercher à avoir un ensemble de niveau globalement le plus haut possible en conservant l'homogénéité de ce niveau.